Insultez moi, mais pas mon travail…

Oui, on ressent un passionné, un féru de travail, dans cette affirmation. Depuis Souza, petite bourgade non loin de la ville de Douala, il anime les petites soirées de baptême et de funérailles. Le jeune Desto commence à trouver ce petit village trop étroit pour ses ambitions. C’est ainsi qu’il débarque à Douala en 1970. Arrivé à Douala, il s’essaie dans plusieurs formations dans les multiples bar-cabarets de l’époque, jusqu’à ce qu’il prenne les rênes du Davoum Bar à Bonaberi. Petit à petit, l’ossature du groupe maison prend forme avec Mouelle Jean à la guitare, Toto Guillaume dit Toguy à la guitare solo, Essombè à la batterie et à la fin Emile Kangue rejoint la troupe. Les « BLACK STYLE » sont ainsi nés. Leur réputation traversera les limites du pont du Wouri pour embraser toute la ville et même le pays entier.


Ils enregistrent, sous l’impulsion de Toguy, leur premier disque 45 tours en 1972 baptisé « Françoise » qui est un succès phénoménal. S’en suivent des sollicitations partout dans le pays ! Desto Nkotti Francois va plus marquer les esprits par sa justesse au chant. Avec Emile Kangue, ils forment un duo qui ne laisse personne indifférent. C’est l’époque du LIVE en studio. Il fallait être aguerri, être un bon chanteur, pour faire un album et les séances de studios étaient autant chers. Voilà comment Desto Nkotti Francois se retrouve à interpréter la majeure partie des albums enregistrés au pays. A son actif, des centaines et des centaines de chansons interprétées et enregistrées dans les studios de la ville. Si l’on s’en tient seulement à ça, il est le plus grand interprète de la musique moderne camerounaise à mon humble avis.

Le micro, c’est son affaire et sur scène, il est un poids lourd ! Oui, il est aussi une bête de scène. Bon chanteur et bon danseur. Bref, tout ce qu’il faut pour ne pas vous faire regretter un spectacle. Oui, avec Desto, la scène et le micro font un ! Un homme engagé, il est l’un des premiers à faire la lutte sur la prévention routière à travers cette foire annuelle du côté de Sombo dans les années 80/90.
Il est l’initiateur de la Fomaric, le plus grand rendez-vous culturels et industriel de la ville de Douala. Ce qui l’éloigne davantage des scènes. Mais chaque fois qu’il tient un micro, il émerveille toute l’assistance….

Desto Nkotti Francois reste aussi un grand rassembleur qui n’hésite pas à réunir ses pairs soit pour défendre leurs causes communes soit pour faire une bonne partie de scène ; car la scène demeure sa chose !

Kaissa Pakito, Le #BoulangerDealer

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis une dizaine d’années. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag avant d’intégrer, en 2016, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde : HAVAS, dans sa filiale du Cameroun. Avant d’être porté à la tête du département digital d’Havas Africa Cameroun, Frank William occupait le rôle de Social Media Manager. Poste qu’il cumule aujourd’hui avec celui de Digital Manager de cette agence. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive… Suivez-moi sur : Facebook : https://www.facebook.com/FrankWilliamBatchou/ Twitter : https://twitter.com/Frankywilly Instagram : https://www.instagram.com/frankywilly/ LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/frank-william-batchou/

Une pensée sur “Insultez moi, mais pas mon travail…

  • octobre 16, 2019 à 6:48
    Permalink

    Intéressant ! Que celui qui veut insulter coommence lui-même par travailler!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *