L’inutile tournée nationale du trophée de la #CAN2017

Elle fera exactement l’effet de la drogue sur consommateur. Oublier ses soucis, le temps de regarder passer le trophée sans le toucher. Et après, replonger dans la même marre à soucis. Je m’explique !

Ce n’est plus un secret. Les Lions indomptables du Cameroun sont l’actuel détenteur du trophée de football de la CAN. Au lendemain de ce sacre le 5 février 2017 à Libreville, j’ai appris que le trophée fera le tour des dix régions du pays (Voir le calendrier en dessous). J’ai pleuré ri. J’ai ri parce qu’une telle tournée est inutile dans ce pays. C’est mon avis. Mon ami E. Nguea a tôt fait de me rappeler qu’«on ne sait jamais. Ça peut aider par exemple pour « nous » à sauver Bamenda, Buea, Bafoussam, Maroua, Bertoua, etc. où les jeunes ne croient plus en rien. Même pas aux vieux dirigeants loin d’être ces vilaines bibliothèques d’autres fois ». Et moi de lui demander : sauver ces villes de quoi et comment ? La vue de ce trophée va-t-il redonner espoir aux jeunes chômeurs ? Mon ami est un peu resté silencieux jusqu’ici face à mes interrogations. Si vous avez des réponses, je les recevrai volontiers.

 

Pendant neuf jours, ce trophée sillonnera les dix régions du pays. Il a commencé par Bafoussam. C’est bien. Je dirai plutôt BRAVO ou EXCELLENT ! C’est une grande première au Cameroun. Une innovation diraient certains. Va-t-elle apporter un changement au quotidien des camerounais ? Je dirai NON. Dans chaque région, des commissions sont mises sur pied pour organiser, à coup de plusieurs de nos francs décaissés, la réception de ce trophée. Et d’autres diront ici: ce sont les mêmes qui mangent. Cette caravane ne diminuera pas ou ne mettra pas un terme aux délestages donc sont victimes les populations au quotidien. Encore moins le chômage et le sous-emploi des jeunes. Cette caravane ne marquera pas le retour d’internet dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Sauf si la décision vient du haut pour un rétablissement de la connexion.Dans le cas contraire, ce sera le même calvaire.

Lire aussi : Pour Bamenda, je porte plainte

 

J’ai lu que la Fécafoot qui est au premier plan de cette tournée nationale (sans oublier le Minsep) a empoché près de 1,80 milliard de Fcfa (sur 2,4 milliards de Fcfa) après avoir remporté ce 5ème trophée de la CAN. De l’argent liquide. Les caisses et les poches sont renflouées. Pendant ce temps, les différents championnats nationaux ont du mal à démarrer. On nous parle d’un problème d’argent et une recherche sans succès de sponsors. JE RÊVE OU QUOI ? Pourquoi la Fécafoot et le Minsep ne font rien. Je comprends peut-être lentement, mais expliquez-moi cette situation. On parle de championnat professionnel au Cameroun quand on livre encore des rencontres sur des stades recouverts de sable. C’est le beach soccer ? Je ne vous parle pas du salaire des joueurs. C’est une autre affaire. Aucune action d’amélioration des infrastructures sportives n’est envisagée. Ça a toujours été le cas d’ailleurs. Qu’a-t-on fait des gains des 16 précédentes participations à la CAN et des 4 précédentes trophées remportés respectivement en 1984, 1988, 2000 et 2002 ? Qu’a-t-on fait des retombés des sept participations à la coupe du monde de football ? Qu’a-t-on fait du gain du trophée des jeux olympiques remporté à Sydney en 2000 ? RIEN ! Après cette célèbre caravane nationale initiée sous « très hautes instructions du Président de la République, chef du gouvernement », pour reprendre les termes du communiqué du ministre des Sports, on continuera la détection des talents camerounais sur des stades recouverts de sable, de terre et non de gazon naturel ou synthétique. On méprisera toujours nos joueurs jusqu’à ce qu’ils remportent un trophée grâce à leur « fighting spirit », au patriotisme et au sens de l’honneur.

Je ne serai pas placé sur un trottoir comme un poteau électrique pour voir passer ce trophée de la CAN pourtant remporté de haute lutte par Benjamin Moukandjo et ses coéquipiers. Cela n’enlèvera en rien mon sens du patriotisme. Ça ne changera pas l’Amour que j’ai pour ce pays. Ça ne m’empêchera pas de valoriser les talents et les attraits touristiques du Cameroun. Que va apporter cette caravane dans la marmite de la maman de Nguelemendouka, Mbapit, Mora ou de Folemtcha qui ne verra pas le trophée ? Une fois de plus : RIEN. Et elle sera toujours camerounaise et fière de l’être. On doit comprendre une fois pour toute dans ce pays que TROP DE FÊTE TUE LA FÊTE ! Le peuple a besoin de bien mieux pour le développement qu’une caravane nationale du trophée de la CAN.

Frank William Batchou

 

Calendrier de la tournée du trophée de la CAN2017 remporté par les Lions indomptables

Ouest (Bafoussam) : 21 février

Nord-ouest (Bamenda) : 22 février

Littoral (Douala) : 23 février

Sud-ouest (Buea) : 24 février

Extrême-nord (Maroua) : 27 février

Nord (Garoua) : 28 février

Adamaoua (Ngaoundéré) : 1er mars

Est (Bertoua) : 2 mars

Sud (Ebolowa) : 3 mars

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis 2008. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag. En 2016, il rejoint en qualité de Social Media Manager, HAVAS AFRICA CAMEROUN, la filiale du groupe HAVAS Media, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde. Et depuis 2019, il gère le département digital de l’agence en qualité de Digital Manager. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive…

23 réflexions sur “L’inutile tournée nationale du trophée de la #CAN2017

  • février 22, 2017 à 12:34
    Permalien

    Je Wanda, ça sert a quoi toute ces dépenses?

    Répondre
    • février 22, 2017 à 12:36
      Permalien

      C’est la même question que je me pose Charles

      Répondre
  • février 22, 2017 à 12:45
    Permalien

    😄😄😄😄
    L’inutile tournée tu l’as dit…pour justifier les budgets

    Répondre
  • février 22, 2017 à 12:49
    Permalien

    Batchou t est deja back sur douala.
    Frangin, belle réflexion comme d’habitude

    Répondre
  • février 22, 2017 à 12:54
    Permalien

    Prie bcp mon frangin ce pays n est pas kan t es trop vrai moi egalemnt je prie que papa gid te protege partt

    Répondre
  • février 22, 2017 à 2:39
    Permalien

    #Hahahahahaahaha gars Ca faisait longtemps on doit feter nor.

    Répondre
    • février 22, 2017 à 2:39
      Permalien

      il faut fêter jusqu’à s’oublier. On ne va pas se plaindre ahahahhahahhaha

      Répondre
  • février 22, 2017 à 2:45
    Permalien

    De belles interrogations sont levées dans cet article, de quoi servir de feuilles de route aux ministères, et fonctionnaires indexés. Mais aussi remettre en question le rapport qu’ils entretiennent avec l’argent. Cette tournée pour moi est un non événement en ce sens qu’elle se fait alors que la totalité des joueurs présents au Gabon sont retournés dans leurs clubs respectifs. En plus j’ai eu vent du budget de son budget qui selon des sources non officielles s’eleverait à près de 450 millions de nos francs cfa. De quoi permettre à ce championnat national (renvoyé à 4 reprises depuis novembre 2016) de demarrer

    Répondre
    • février 22, 2017 à 3:59
      Permalien

      Même si cet article arrive sur la table du ministre, il sera ignoré parce que chez nous, on se sert et non la nation. Je peux me tromper mais c’est mon avis d’observateur de la société. Pour ce qui est du budget, je trouve ça même minime (je rigole) pour tous ses gens mis en mission. J’ai aussi eu vent de ce montant et je suis bien étonné de la célérité du décaissement quand le championnat d’élite peine à démarrer comme tu l’as bien mentionné. Beaucoup reste à faire dans cette nation pour cette émergence espérée

      Répondre
  • février 22, 2017 à 2:59
    Permalien

    Vraiment inutile qui coûte 500 millions Fcfa aux contribuables camerounais

    Répondre
    • février 22, 2017 à 3:00
      Permalien

      Et on nous parle d’élan patriotique, mon oeil

      Répondre
    • février 22, 2017 à 4:03
      Permalien

      Tu appelles quoi être rabat-joie ? Je n’empêche personne d’être dans la joie ou l’allégresse mon cher. Mais, je m’interroge sur l’utilité de cette action quand on a un championnat reporté a 4 reprises pour des problèmes d’argent. Suis-je celui qui a demandé aux populations de Bamenda de ne pas se masser le long des rue ? (si je m’en tiens aux photos des réseaux sociaux). Célèbre tranquillement ton trophée frère

      Répondre
  • février 23, 2017 à 9:42
    Permalien

    Hum si la coupe là n’arrive pas partout ça peu creer dautres problemes

    Répondre
    • février 23, 2017 à 9:44
      Permalien

      ça n’arrivera malheureusement pas partout

      Répondre
  • mars 29, 2017 à 2:30
    Permalien

    Bjr, Frank William. J’ai directement pensé à ton article qd j’ai vu la Conférence de presse d’après-match de Mr. Hugo Bross.
    Ce pays vraiment. 😞😩😩😩

    Répondre
    • mars 29, 2017 à 2:31
      Permalien

      Quand je me souviens qu’après cet article, on m’a menacé comme quoi, je n’aime pas l’évolution et l’image de ce pays

      Répondre
      • mars 29, 2017 à 2:33
        Permalien

        Que tu n’aimes pas quel genre d’évolution ? 😒
        Même en 2017, ceux qui managent notre Football sont tjrs dans de l’amateurisme à outrance

        Répondre
  • avril 14, 2017 à 7:03
    Permalien

    I genuinely enjoy reading on this website, it has wonderful posts. « Don’t put too fine a point to your wit for fear it should get blunted. » by Miguel de Cervantes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *