Immersion dans les masques sacrés

Loin des mythes imaginaires, Hervé Youmbi ressort ses masques dans une exposition à l’espace Doual’art.

L’artillerie lourde a été sortie. Des masques sacrés (!)? Probablement non. Mais dans cet espace d’exposition, elles ont tout un visage. Un visage différent de celle présentée lors des manifestations traditionnelles ; notamment dans les régions de l’Ouest et du Nord-ouest du Cameroun. Ici, il n’y a pas de « Ku’ngang » à éviter. Encore moins, la note d’une autorité traditionnelle vous interdisant de vous approcher du masque « crimier » ou du masque royal « kah ». C’est la liberté ! Voilà pourquoi, les visiteurs se rapprochent, scrutent avec attention, prennent des notes, immortalisent l’instant avant de repartir. Tout heureux ! La magie de l’art ! La magie des « Visages de masques », thématique de l’exposition du plasticien Hervé Youmbi organisée à Doual’art il y a peu.

Lire aussi : Bandjoun station : La demeure de l’art contemporain

Accrochés aux fins fils pour certains et au mur pour d’autres, ces masques vous replongent dans cette originalité africaine. Parfois craintive. Tenez par exemple, ce masque assorti de longues tresses tissées de cheveux naturels et non de mèches brésiliennes. Tout à côté, on a ceux décorés avec ce tissu « ndop », de perles, de cauris et/ou de boutons de vêtements soigneusement sélectionnés et agencés. Juste magnifique à voir ! Pour rester dans la thématique de cette exposition, un écran led, placé dans un coin de la salle, diffuse en boucle une danse traditionnelle à l’ouest au cours de laquelle, sont mis en valeur ses masques. Le décor est encore plus excellent avec des caisses en bois entreposées dans la salle et portant des photographies de masques africains : masque de buffle des Bobo Bwa du Burkina-Faso, masque facial des Dogon au Mali, masque Gle araignée des Bété en Côte-d’Ivoire, la figure reliquaire kota d’Obamba au Gabon, le masque d’éléphant de la société des Kuosi chez les bamiléké au Cameroun, etc. « Visges de masques » est le résultat d’une résidence de création effectuée à Bandjoun station entre 2014 et 2015. Laquelle était la continuité de « Visage de chaises » dont la résidence de création s’est faite en 1999 à l’Alliance Franco-camerounaise de Dschang.

Frank William Batchou

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis 2008. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag. En 2016, il rejoint en qualité de Social Media Manager, HAVAS AFRICA CAMEROUN, la filiale du groupe HAVAS Media, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde. Et depuis 2019, il gère le département digital de l’agence en qualité de Digital Manager. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive…

2 réflexions sur “Immersion dans les masques sacrés

  • mars 29, 2017 à 12:52
    Permalien

    Merci pour ce beau clin d’œil. Frank William Batchou. C’est très important de rappeler que Visages de masques est un maillon appartenant à une chaîne dont le tissage a commencé avec l’exposition visages de chaises en 1999, 16 ans plus tôt. L’On ne le souligne pas souvent. Travail en cours de réalisation.

    Répondre
    • mars 29, 2017 à 1:05
      Permalien

      Je crois qu’on ne le souligne pas, soit par ignorance soit par mégarde. J’attends le nouveau travail en cours de réalisation. Félicitation et beaucoup de courage l’artiste !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *