10.000 codeurs pour « sauver » l’Afrique

Ils viennent répondre aux besoins de la population africaine en développant des applications adaptées aux réalités locales.

La programmation et le codage. Deux expressions très courantes quand tu côtoies les développeurs d’application et de site web. Quand ses gars te parlent, tu as l’impression d’écouter du chinois (au cas où tu n’as jamais fait un cours de la langue chinoise comme moi). Récemment, j’ai voulu créer un site web. Comme les gars me trucident la mémoire chaque fois avec le mot « Java », je m’y suis lancé. Grande fut le mur de bloc de chiffres indescriptibles auquel je me suis heurté. Ce n’est que partie remise. Je reviendrai plus-tard en développant les codes pour une application mobile. Ce après l’enrôlement dans la troupe « 10.000 codeurs à l’horizon 2025 » de la startup Objis.

L’objectif de ce projet est de « former la nouvelle génération de développeurs et de programmeurs basés en Afrique qui répondent aux besoins des clients et qui peuvent s’intégrer parfaitement dans les entreprises », explique Douglas Mbiandou, promoteur d’Objis. La formation s’adresse aux titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur en informatique et télécommunication ainsi qu’aux « passionnés d’informatiques autodidactes capable de démontrer qu’ils ont déjà touché au code », ajoute Gabriel Kanye, l’un des 20 formateurs africains dudit projet. Les formations se tiennent, pour le cas du Cameroun, trois fois par semaine (Lundi, mercredi et vendredi) entre 18h et 21h.

Deux ans après son lancement, le projet compte près d’une quarantaine d’ingénieurs formés et actifs en Côte-d’Ivoire et au Sénégal. « Ceux qui terminent la formation ont tous les atouts pour intégrer une entreprise ou se mettre à son propre compte. Si au bout de six mois après la fin de la formation, un de nos produits n’a pas trouvé d’emploi, nous remboursons intégralement les frais de formations. C’est pour vous certifier que nous savons quel type de produit nous mettons sur le marché de l’emploi », rappelle Douglas Mbiandou.

 

Lire aussi : Faisons notre « Djangui » sur mobile désormais

 

L’initiative #10000Codeurs s’étend à ce jour sur 14 pays africains. Les professionnels formés sont repartis comme suit dans ce pays : Sénégal (1500 développeurs), Côte d’ivoire (1500 développeurs), RDC (1500 développeurs), Congo Brazza (800 développeurs), Gabon (800 développeurs), Benin (800 développeurs), Togo (500 développeurs), Mali (800 développeurs), Niger (500 développeurs), Guinée (500 développeurs), Tchad (500 développeurs), RCA (500 développeurs), Madagascar (500 développeurs) et Cameroun (1500 développeurs). Créé en 2005, Objis est un centre de formation en programmation basé en France. Désormais, le code ne sera plus qu’une histoire du passé.

Frank William Batchou

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis une dizaine d’années. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag avant d’intégrer, en 2016, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde : HAVAS, dans sa filiale du Cameroun. Avant d’être porté à la tête du département digital d’Havas Africa Cameroun, Frank William occupait le rôle de Social Media Manager. Poste qu’il cumule aujourd’hui avec celui de Digital Manager de cette agence. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive… Suivez-moi sur : Facebook : https://www.facebook.com/FrankWilliamBatchou/ Twitter : https://twitter.com/Frankywilly Instagram : https://www.instagram.com/frankywilly/ LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/frank-william-batchou/

29 pensées sur “10.000 codeurs pour « sauver » l’Afrique

  • mars 28, 2017 à 1:47
    Permalink

    Tous mtn veulent se lancer ds le numérique oubliant que les piliers du monde sont: le pétrole et énergie, la santé, l’agro-industrie et la finance, le numérique n’est qu’un support
    Mais puisque nous africains, aimons la facilité…

    Répondre
    • mars 28, 2017 à 4:07
      Permalink

      Si tu crois que le numérique c’est la facilité, tu ne sais pas de quoi tu parle…
      Tout ça mais avec le numérique…

      Répondre
      • mars 28, 2017 à 4:09
        Permalink

        😅 👍🏼
        Il a copie le texte sur un mur sans doute😔

        Répondre
          • mars 28, 2017 à 4:12
            Permalink

            Tout à fait…

  • mars 28, 2017 à 2:03
    Permalink

    Je doute k il puisse le faire
    Il etait trop fort en developpement limité

    Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:31
    Permalink

    G sai de kw g parl grd
    Ue simple question : de quoi as tu besoin pour faire ds l numérique ? (Innover g veux dire)
    Et de quoi tu aurais besoin pour faire dison ds de l’electronik
    C vrai, mai cela n’existe ke parce ke tt le reste existe.

    Répondre
    • mars 28, 2017 à 5:32
      Permalink

      À tecoute parler on dirai k le numérique survie parce que tout le reste existe cest ca Arnold?🤔🤔🤔

      Répondre
      • mars 28, 2017 à 5:34
        Permalink

        Tu crw l contraire?
        Waiting for proof 👂🏽

        Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:36
    Permalink

    Oui mon cher
    Tu devrai savoir k le numerik est plutôt venu booster l’essor de ces différent secteur d’activité

    Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:36
    Permalink

    Donc si le reste n’existait pas il y aurait donc rien a booster nan? 😅

    Répondre
    • mars 28, 2017 à 5:38
      Permalink

      Comme pour te dire k nous nous servons du numerik today pour plein de truc et il est incontournable
      Dc tout dépend de lui et non le contraire

      Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:40
    Permalink

    La preuve mm La TV today est numerik
    La transmission dinfo idem
    Whatsapp Facebook et autres dépende de lui

    Répondre
      • mars 28, 2017 à 5:42
        Permalink

        Un pays comme les USA MOSCOU si le numerik est mis de côté ces pays seront aussi vulnérable car tout dépend de lui la bas
        Dc reconsidère ton point de vu LOL
        Le mumerik ne dépend de rien c’est plutôt de lui k nous dépendons meme toi Arnold tu depend de lui d’une certaine façon 😅

        Répondre
          • mars 28, 2017 à 5:44
            Permalink

            Partons sur ue mm baz. Kan on parle d’économie du numerik a quoi tu penses?

  • mars 28, 2017 à 5:51
    Permalink

    Noor?? Ne dit on pas du numerik kil facilite la vie? Donc il y’a ue vie avt le numerik?

    Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:52
    Permalink

    Et soyons clairs j’ai pas dit ke c inutile, loin de là, mais inutile de courir avt de penser à marcher. G vais vous surprendre, g suis pas sur ke parmi les 20 plus grosses firmes du monde il yen ait ue ki soit informatik

    Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:53
    Permalink

    Va y côté moi en seulement 5 stp 🙏

    Répondre
    • mars 28, 2017 à 5:56
      Permalink

      *mais inutile de courir avt de penser à marcher.*
      Je retiens ca
      Je retiens aussi que ca n’aide pas l’Afrique

      Répondre
  • mars 28, 2017 à 5:59
    Permalink

    Ca a certes sa place mais nous avons besoin dotr choses ki précédent le numerik

    Répondre
  • Ping : Internet, le nouveau raccourci pour l’emploi – Les mapanes

  • Ping : SABC se réinvente en 2018 pour vous satisfaire – Les mapanes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *