Samuela Isopi : « J’aime m’habiller en Jean’s Destroy, veste noire en cuir »

Différente, elle l’est. Et ça saute à l’œil dès la première rencontre. Décontractée et souriante, l’ambassadrice d’Italie au Cameroun se prive bien du protocole qu’impose très souvent le milieu diplomatique, pour échanger avec tout le monde. Dans cet entretien, Mme Samuela Isopi, en poste depuis le 14 juillet 2014 à Yaoundé, partage ici, en exclusivité, ses goûts et ses envies culturels.

Un proverbe dans votre langue ?

« Non tere tornare domani quello che puoi fare oggi » (Italien) : Ne renvoyez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui.

Un livre ?

« Un Uomo », de la regretté Oriana Fallaci, écrivaine italienne des années 60, 70 et 80. Ce magnifique livre est une biographie de son époux tué dans une prison grecque. Elle a écrit plusieurs autres livres, traduit en plusieurs langues. Et je les aime beaucoup.

Lire aussi l’interview de Kevin Jemann : il faut aimer la mode pour intégrer notre institut

Un plat préféré ?

La prizza simple avec des ingrédients qu’il faut. Notamment, la pizza Marguerita qui porte le nom d’une ancienne reine italienne, créée par un pizza maker, aux couleurs du drapeau italien : la basilique était verte, la mozarelle (fromage italien) était le blanc et la tomate, le rouge.

Un film qui vous a manqué ?

« Underground » du réalisateur bosniaque Emir Kusturica. C’est un film qui avait reçu des prix à Venise. Il est fantastique comme tous ses autres films d’ailleurs.

Une chanson que vous écouterez presque toujours…

C’est un peu difficile parce que les chansons dépendent très souvent de l’émotion du moment. Néanmoins, il y a « je vis pour elle » (« Vivo por lei »), une chanson d’Andrea Bocelli en featuring avec l’artiste italienne Georgia. Quand on écoute le titre de cette chanson, on pense qu’il parle de la femme pour qui, il est tombé amoureux. Que non ! « Elle », c’est la musique.

Votre accoutrement idéal ?

Jean’s destroy et veste en cuir, de préférence noire.

Un coin de rêve en Afrique ?

Je n’ai pas encore tout visité. Je pense qu’il faudrait bien visiter avant de se décider. L’Afrique en général et le Cameroun en particulier ont une nature extraordinaire. Quand je fais le trajet Yaoundé – Douala et que je traverse toute la brousse en route, c’est quelque chose d’incroyable.

Un talent artistique caché ?

J’ai toujours aimé écrire et publier quelque chose. Quand j’étais très jeune, j’écrivais des poèmes mais il faut avoir quelque chose à dire pour écrire.

Un coup de gueule ?

Les gens qui ne travaillent pas et qui n’ont pas de motivation et d’objectifs.

Un coup de cœur ?

La solidarité. J’aime voir ceux qui aident les autres. Il y a d’ailleurs beaucoup d’organisations ici qui font beaucoup pour aider les autres.

Propos recueillis par : Frank William Batchou

à Douala à l’occasion des activités marquant le 70ème anniversaire de la République italienne.

 

Ses dates :

19 avril 1972 : naissance à San Benedetto del Tronto en Italie.

1996 : premier emploi dans le service commercial d’une entreprise privée en Italie.

1997 : entrée à l’école de diplomatie.

2000 : première affectation, comme ambassadrice à Sarajevo dans les Balkans, après la guerre.

2003 : deuxième poste en tant qu’ambassadrice au Vietnam où elle découvre la vie asiatique.

2009 : affectation comme ambassadrice d’Italie en Afghanistan. Un autre défi à relever.

14 juillet 2014 : nommée ambassadrice d’Italie au Cameroun.

 

Sa playlist idéale :

  • Jovanotti
  • Groupe italien Litfiba
  • Patty Pravo
  • Groupe britannique Depeche Mode
  • Radiohead

 

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis 2008. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag. En 2016, il rejoint en qualité de Social Media Manager, HAVAS AFRICA CAMEROUN, la filiale du groupe HAVAS Media, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde. Et depuis 2019, il gère le département digital de l’agence en qualité de Digital Manager. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive…

9 réflexions sur “Samuela Isopi : « J’aime m’habiller en Jean’s Destroy, veste noire en cuir »

  • août 16, 2017 à 2:47
    Permalien

    oui très simple et très dynamique. Avant son arrivée c est à peine si on savait que l’Italie était présente au Cameroun. Elle fait beaucoup de chose surtout au plan économique et un tout petit peu en culture. Du moins c est mon avis

    Répondre
    • août 19, 2017 à 9:14
      Permalien

      Oui, malheureusement. Elle a, durant son séjour, redonné vie à la coopération Italo-camerounaise et interpellé à plusieurs reprises nos dirigeants sur le développement et la valorisation des Tic et la culture au Cameroun.

      Répondre
      • août 19, 2017 à 9:21
        Permalien

        Dommage vraiment pour ma team. Nous avons beaucoup d’admiration pour son dynamisme. J’espère que le prochain fera mieux sinon ça vaudrait pas la peine !

        Répondre
        • août 19, 2017 à 9:21
          Permalien

          C’est tout ce que je souhaite. Plus de visibilité et de soutiens aux efforts des jeunes camerounais et non l’exploitation de nos ressources uniquement qui encourage l’immigration à tout prix dans des conditions précaires

          Répondre
  • août 19, 2017 à 9:27
    Permalien

    Après elle, il y’a également l’ambassadeur d’Israël. Mais bon on espère une bonne coopération avec le prochain

    Répondre
    • août 19, 2017 à 9:28
      Permalien

      Il y a aussi l’ambassadeur de France qui se bat pas mal. Très présent aussi

      Répondre
  • Ping : Samuela Isopi : « Nous aidons les camerounais à travers nos actions à apprécier leur culture » – Les mapanes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *