La réelle mutation de la Bicec

L’équipe managériale de ladite banque a, au cours d’une cérémonie très courue, procédé à la pose de la première plaque. Étape importante dans le processus de rénovation de son immeuble siège de Douala. #BicecRenovation

23 mars 2018. Jour mémorable pour la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec). Ce jour a eu lieu la cérémonie de la pose de la première plaque. Laquelle rentre dans un processus logique de la rénovation de la façade de son immeuble siège à Bonanjo – Douala. « Cette rénovation de la façade de l’immeuble me tient particulièrement à cœur. Elle fera de celui-ci, le plus beau de Bonanjo », se réjouit Alain Ripert, Directeur général de Bicec. Bâti en 1980, et bien qu’il soit encore l’un des piliers architecturaux de la ville, la Bicec  veut lui offrir plus de luminosité qui sera, au-delà du simple espace de travail futuriste, un espace de vie plus convivial pour tous ceux qui franchiront ses portes.

#MAPANES (L’âme d’un aventurier), version numérique disponible

Cette action de rénovation montre à suffisance le bon état de santé de cette banque. Pour preuve, Jean-Pierre Levayer, Directeur général de BPCE groupe auquel appartient la Bicec, rappelle que « la Bicec se porte bien aujourd’hui et il lui faut aussi des employés de qualité pour la maintenir au sommet ». Et Alain Ripert de réaffirmer : « La banque se porte bien malgré le KO qu’on nous avait prédit après la découverte de la fraude enregistrée ici il y a deux ans ».

Ces propos viennent approuver cet engagement solennel pris le 11 décembre 2017 à Yaoundé par l’équipe managériale de ladite banque de confirmer sa solidité financière et de rassurer sur son potentiel fort, ses ressources, sa clientèle, ses partenaires, etc. Au cours de la même année, alors qu’elle célébrait ses 55 ans d’existence, la Bicec a communiqué sur sa vision d’élargir ses horizons, d’être encore plus proche de ses clients et de tenir le haut du secteur de la banque au Cameroun.

Frank William Batchou

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis 2008. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag. En 2016, il rejoint en qualité de Social Media Manager, HAVAS AFRICA CAMEROUN, la filiale du groupe HAVAS Media, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde. Et depuis 2019, il gère le département digital de l’agence en qualité de Digital Manager. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive…

2 réflexions sur “La réelle mutation de la Bicec

  • mars 31, 2018 à 7:15
    Permalien

    Well, after the massive embezzlement spree, it is time for selling off what is left, n »est-ce pas? And the dance continues. Actually BICEC has stood the test for longfrom Barclays(when classmate Cameroon Bank fell on wayside) till today. Bot bad.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *