Plus de 4,8 millions d’enfants à vacciner contre la poliomyélite au Cameroun

C’est le nombre d’enfants de moins de 5 ans qui doivent prendre le vaccin Polio Oral monovalant de type 2 afin de lutter contre la poliomyélite. Ce chiffre doit être atteint au cours de cette deuxième campagne de vaccination prévue du 9 au 11 octobre 2020.

4 876 620 enfants. Tel est le nombre à vacciner lors de la phase 2 de la campagne de riposte contre la poliomyélite prévue du 9 au 11 octobre 2020. Les enfants sont répartis dans les six régions les plus à risque du Cameroun. Il s’agit des régions de l’Extrême-nord, du Nord, de l’Adamaoua, du Centre, de l’Est et du Littoral. Pourquoi vacciner les enfants quand on dit que la poliomyélite est finie au Cameroun ? « La polio est certes vaincu, mais le risque demeure car le virus n’atteint que les enfants insuffisamment vaccinés. La vaccination est à titre préventif et elle est offerte », souligne Yaouba Djaligue, Chef d’unité communication et mobilisation sociale au GTC PEV Minsante.

Pour le cas de la région du Littoral où nous sommes actuellement, 636 615 enfants sont concernés. Selon les informations du ministère de la Santé, un cas de poliovirus circulant de type 2 a été détecté dans le district de santé de Bangué le 20 avril 2020. L’investigation approfondie du cas ont montré qu’il réside dans le district de santé de Ngog-Mapubi dans la région du Centre. Il pouvait contaminer les autres enfants non vaccinés ou pas suffisamment vaccinés dans son lieu de résidence.

Cette campagne intervient dans le cadre du maintien du statut de pays libre de poliomyélite ; titre obtenu le 18 juin 2020 par le Cameroun au même titre que le Nigéria, la république centrafricaine et le Sud soudan. C’était au cours de la dernière session de la Commission régionale de Certification et de l’Eradication de la poliomyélite (CRCA) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’obtention du statut de pays libre de poliovirus sauvage est une opportunité permettant de poursuivre les efforts en vue de l’éradication de tout type de poliovirus, notamment le poliovirus circulant de type 2 signalé dans les six régions suscitées du Cameroun.

Pourquoi encore vacciner contre la polio ?

  • L’enfant qui n’est pas suffisamment vacciné contre la polio peut devenir infirme toute sa vie et devenir une charge à vie pour sa famille et sa communauté.
  • L’enfant qui n’est pas suffisamment vacciné est exposé et expose aussi les autres enfants, en cas de contamination. C’est par lui que le microbe va se répandre dans la communauté.
  • Le poliovirus dérivé se transmet par la consommation d’eau et d’aliments souillés.
  • Le poliovirus dérivé circule toujours dans l’environnement à travers les cours d’eaux sales.

Continuons à faire vacciner nos enfants pour éradiquer définitivement la poliomyélite dans notre environnement !

Frank William BATCHOU

#AbcPolioFree #AbcVaccination #PevLitt #AbcPev

frankwilliam

Frank William Batchou est un journaliste de formation. Après avoir exercé dans plusieurs médias camerounais (Le Messager, Emergence, Show Mag, Crtv Littoral, Site-Dar Fm…), il s’est très vite reconverti, au vu de l’évolution, dans le blogging et du digital depuis 2008. Il a géré la communication du projet #Wikivillages de Wikipédia, la communication digitale du programme TV « Yellow Times » de MTN Cameroon, le label de production et management LMC Prod, le social media du magazine culturel Show Mag. En 2016, il rejoint en qualité de Social Media Manager, HAVAS AFRICA CAMEROUN, la filiale du groupe HAVAS Media, l’une des quatre plus grandes agences de communication dans le monde. Et depuis 2019, il gère le département digital de l’agence en qualité de Digital Manager. Frank William est également auteur du recueil de nouvelles « MAPANES : L’âme d’un aventurier » (commandez la version numérique ou physique à 2500 FCFA) et co-founder de F Square Corporation, une structure exerce dans le secteur du management, édition et production artistique, promotion sportive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *